Pourquoi garder secret le prénom de son bébé ?

Voilà un vaste débat pour lequel je trouve qu’un petit article ne serait pas de trop.

On a généralement une vague idée du sexe du bébé lors de la consultation du 4ème mois, qui est ensuite confirmée lors de l’écho morpho des 22 semaines. Certains parents décident de tout annoncer à leur entourage, d’autres ne donnent que quelques informations. Quelles sont les motivations qui nous poussent parfois à garder secret le prénom du bébé à notre entourage ?

La grossesse est déjà surmédicalisée, de la conception à l’accouchement.

A mesure que la médecine avance et que les avancées technologiques sont de plus en plus impressionnantes, on sait déjà tout d’un enfant avant qu’il ne soit né. Tout commence avec une prise de sang, qui permet d’avoir une bonne idée de la date de conception du bébé et parfois du nombre d’embryons présents.

Puis arrivent les rendez-vous gynécologiques, lors desquels bébé est examiné sous toutes les coutures : au premier trimestre, on peut savoir s’il s’agit effectivement d’une grossesse et pas d’un œuf clair, la présence ou non de la vésicule vitelline, la position du sac, la taille et la vitalité du/des embryon(s), le nombre de pulsation par minute ; trois mois plus tard, la date de l’accouchement se précise, on mesure la circonférence du crâne de bébé, sa longueur crânio-caudale (longueur tête-fesses),  sa longueur fémorale, son périmètre abdominal, son diamètre bipariétal (diamètre séparant les deux côtés du crâne), même l’os de son petit nez y passe ! Sans oublier la fameuse clarté nucale, qui permettra, avec une prise de sang, d’écarter tout risque de trisomie.

Lors de l’écho morphologique, on prend les mêmes critères et on recommence ! Cette fois-ci on va plus loin, on regarde en plus si le sang circule bien dans le cordon, si le placenta est bien placé, si bébé ne présente pas de malformations cardiaques, neurologiques ou  génitales, s’il n’a pas de main bote ou de pied bot. Et si bébé est bien placé, on peut même le voir en 3D. Que demande le peuple ?

Il s’agit de moments assez stressants pour les parents qui réalisent que ce n’est pas parce qu’ils ont déjà parcouru la moitié du chemin qu’ils auront leur bébé dans les bras d’ici quelques mois.

Un peu de mystère ne va nuire à personne

Lorsque bébé réussit l’étape de l’échographie, ses parents peuvent communiquer quelques informations à la famille, dont le sexe de la bête, et parfois des photos. Ils peuvent aussi simplement dire que tout va bien, sans rien ajouter. Ils ne sont pas obligés de le faire, ils le font pour faire plaisir. Il ne faut pas oublier que la grossesse, c’est avant tout une aventure à deux, tout comme le retour à la maison se fera à trois et non à 25.

Si on sait que bébé Mireille va arriver le 14 juillet, ça gâche un peu l’effet de surprise. Personnellement, j’attends avec plus d’impatience les naissances dont je ne sais rien. L’une de mes amies a presque le même terme que moi, à quelques jours près et elle ne veut pas nous révéler le sexe du bébé, encore moins son prénom, du coup je trouve ça encore plus excitant.

Ne pas vouloir nommer un bébé avant sa naissance

Comme je l’ai dit plus haut, ce n’est pas parce que le ventre grossit que bébé est tiré d’affaire. Par superstition et/ou par expérience,  je ne veux pas nommer oralement mon bébé. J’avais déjà choisi mes prénoms pour ma première grossesse, et puis au bout de 10 semaines tout s’est arrêté d’un coup, alors que bébé allait très bien quelques jours auparavant. Trop petit pour savoir si c’était un garçon ou une fille, on a décidé de lui donner un sexe et un prénom, mais un prénom symbolique, pas l’un de ceux que j’avais choisis. Et ce prénom, on le garde pour nous parce qu’il est personnel et qu’on ne ressent ni le besoin ni l’envie de le partager. Les autres n’ont pas à le connaître et ne doivent pas chercher à le connaître.

Pour cette grossesse, c’est exactement pareil. Je ne vois pas pourquoi je devrais parler de mon ventre en lui donnant un prénom et je supporterais encore moins que quelqu’un d’autre que le papa le fasse. Et surtout, je ne veux pas lui donner trop d’identité alors qu’il n’est pas encore parmi nous. S’il arrivait malheur à votre bébé, qu’est-ce que ça vous ferait de voir son prénom mourir avec lui ?

Quand on parle de mon bébé avec des amies, c’est « la princesse », « la petite », « la petite demoiselle », « la puce », « Louloute » ou plus sobrement « bébé » et c’est déjà suffisant.

Parce qu’on ne veut pas se laisser influencer par l’entourage

Un prénom doit être un coup de cœur, et il est parfois difficile à trouver. C’est déjà énorme que les parents aient réussi à se mettre d’accord entre eux et ils n’ont pas à composer avec les commentaires des autres.

Quand j’ai su que j’attendais une petite fille, je suis allée chez Catimini et on a parlé prénoms avec la vendeuse. Elle m’a conseillée de le garder pour nous et nous a raconté qu’elle avait voulu prénommer l’un de ses garçons Camille, en référence à un petit camarade qu’elle avait dans son enfance, un gars super, bref elle avait craqué sur ce prénom. Ses proches l’ont su et à force de s’acharner sur elle, son petit Camille est finalement devenu Victor.

Quel que soit le prénom que choisi, il ne fera jamais l’unanimité. Il y en aura toujours qui auront leur mot à dire : le prénom est trop classique, trop original, trop à la mode, trop ancien, trop typé, trop religieux, trop long, trop court…en un mot, trop. Tu ne vas quand même pas l’appeler comme ça voyons ! Le pauvre, il a intérêt à avoir un sacré caractère plus tard ! Tu veux l’appeler Séphora, comme la chaîne de magasins ? Et alors, pourquoi Séphora devrait se faire tacler et pas Arthur, c’est pas une marque de caleçons peut-être ? Si vous appelez votre enfant Léon, je ne chercherai pas à savoir si c’est parce que vous aimez les moules ou parce que vous êtes fan de Jean Reno.

Bref, chacun y va de son commentaire et quand on est enceinte, on n’a pas forcément envie d’entendre ce genre de choses. Alors pour éviter d’avoir des remarques désagréables pendant les 4 ou 5 derniers mois et de s’énerver dans une période où la moutarde peut mettre des jours à redescendre, on peut légitimement décider de garder son prénom pour soi. Après tout, ça ne regarde pas spécialement les gens autour de nous. Des tas de personnes se font influencer par leur entourage et changent finalement de prénom. Je trouve ça triste de voir un coup de cœur s’envoler à cause de l’importance qu’on accorde à l’avis des autres, pas vous ?

De plus, garder le prénom secret jusqu’au jour J présente un avantage indéniable : que le prénom plaise ou non, les gens n’oseront rien dire lors de leur visite à la maternité. Bébé sera là, avec sa bouille et son prénom, il faudra bien s’habituer.

On a tous le droit de changer d’avis

Il y a toujours des parents indécis qui hésiteront jusqu’au dernier moment et qui ne trouveront le prénom qu’en voyant la bouille de bébé. Ce n’est pas la majorité mais ça arrive parfois. Dans ces cas-là, on risque d’avoir toute la famille sur le dos, avec des Ah mais c’est pas comme ça que c’était prévu, moi j’ai déjà brodé le bavoir et le doudou avec ce prénom-là ! ou encore Vous auriez pu prévenir quand même. Donc si la famille s’est projetée un peu vite et que la petite Claudia est devenue Claudine, c’est bien dommage mais ça n’est pas le problème des parents.

Parce que ce n’est pas ça le plus important

L’intérêt de la naissance, le côté « magique », c’est la venue de l’enfant : est-ce que l’accouchement s’est bien passé ? Comment va la maman ? Bébé est-il en bonne santé ? Est-ce qu’il a des cheveux ? De quelle couleur sont ses yeux ? A qui ressemble-t-il le plus ? Pour le coup, le prénom n’est pas la priorité.

Certes, connaître le prénom à l’avance ne va pas changer la vie de l’entourage, d’aucuns diront même que les parents qui font des cachotteries sont ridicules, narcissiques ou égocentriques. Question de point de vue. Mais quand on voit que certains font une fixation là-dessus et reviennent régulièrement à la charge pour avoir des indices, quitte à gâcher la surprise que les parents voulaient faire…

Le prénom est à la fois la cerise sur le gâteau et un détail sans importance mais on n’a pas forcément envie que ce sujet revienne sur le tapis tous les jours. Vous voulez savoir quelles notes vous avez obtenu à votre bac, vous attendez les résultats, vous n’allez pas essayer de retrouver vos correcteurs pour leur tirer les vers du nez.

On pourrait retourner la question initiale : pourquoi partager le sexe et le nom du bébé avant la naissance ? Quelles sont les motivations ? A croire qu’aujourd’hui, ça paraît une obligation de tout révéler. En fait, les gens font bien ce qu’ils veulent et n’ont pas à se justifier…

Les tricots géants d’Anna Mo

anna_mo3Mon doudou m’a fait découvrir il y a quelques jours des tricots qui sortent de l’ordinaire : les tricots géants d’Anna Mo.

Quand j’ai vu le titre, je me suis dit Allez, encore un terme exagéré pour me faire cliquer…et bien pas du tout. La preuve en images – – ->

Des aiguilles aussi larges que mes avants-bras, rien que ça !

anna_mo6Anna Mo est ukrainienne et passionnée de tricots. Elle réalise de véritables monstres avec des aiguilles XXL et une laine de huit centimètres d’épaisseur, une laine australienne apparemment. Le résultat est étonnant et semble vraiment très doux au toucher. Plaids, tapis, chandails, pull ou écharpes, toutes ces créations font envie, et ma sœur me réclame déjà les mêmes pour Noël (très bonne idée de cadeau au passage, en plus d’être originale).

p

Je reconnais que vu les prix affichés sur son Etsy shop, il serait peut-être plus avantageux de le faire soi-même, encore que je ne sais pas combien valent ces aiguilles surdimensionnées et la laine. Sans parler de la place qu’il faut pour stocker tout ça.

Finalement, ce n’est peut-être pas si mal d’y mettre le prix…à réfléchir, si je trouve d’autres amateurs d’ici-là, pourquoi pas.

En attendant, voici quelques unes de ses créations :

 anna_mo2          gros-tricot-06          anna_mo5

DIY – Annoncer sa grossesse

photo 2 (7)L’une de mes copinautes a appris il y a quelques jours qu’elle était enceinte ! C’est l’occasion de remettre en avant la page DIY, avec deux petites idées d’annonce de grossesse. En espérant que ça l’aide à trouver l’inspiration !

Rendez-vous sur cette page pour en savoir plus 🙂

Invitations baby shower

photo 4 (6)Et voilà, après deux bonnes semaines d’hésitations et de préparation, le faire-part pour ma baby shower est enfin parti lundi après-midi au courrier. Vous retrouverez la liste des matériaux disponibles dans le menu DIY.

Vous y trouverez un peu plus tard un tuto pour apprendre à faire de jolis nœuds en satin à l’aide d’une fourchette.

Il ne nous reste plus qu’à continuer les essais gâteaux et, plus dur, à préparer les petits cadeaux pour les invités. La machine à coudre va chauffer le mois prochain ! 🙂

Préparer sa baby shower

La baby shower se prépare, Doudou travaille sur le faire-part, pendant que je bugue sur le site mybbshowershop.com, où je n’arrive pas à me décider tellement je vois de choses sympa : gobelets, serviettes, sachets cadeaux et évidemment petits cadeaux qui vont dedans…porte clefs, bougies, gommes, petites totoches, etc.

Je n’ai pas envie de faire un total look rose parce que c’est une fille, pour autant je ne sais pas quels articles je vais choisir en quels coloris. Et pour les cadeaux, j’en prends combien par personne, 2 ou 3 ? Raaah je ne sais pas quoi faire ! C’est que mine de rien, ça représente quand même un petit budget pour 7 personnes…

 

Gilet sans manches

photo 1 (9)Voici mon dernier tricot : un petit gilet sans manches. Tout comme la petite veste coloris Grenade, ce modèle figure dans le livre Tricot facile pour bébé, 48 modèles à réaliser de la naissance à 1 an, aux éditions Marie Claire (12,95€).

Pour un gilet taille 3 mois, il faut 2 pelotes Partner 3,5 coloris Mûre, 3 boutons, une aiguille à laine ainsi qu’une paire d’aiguilles 3,5. Pas de difficultés particulières, il se monte au point mousse et au point jersey, les emmanchures sont droites et donc simples à réaliser. Le seul petit élément légèrement casse-bonbons est le passage du point jersey avant au point mousse. Je ne sais pas comment ils ont fait dans le livre, mais le point mousse est bien visible, moi je n’ai pas réussi à faire autre chose qu’un jersey envers. Mais le résultat est quand même satisfaisant 🙂 (suite…)

Les joies de l’administration – partie 2

Parce que oui, il y a une partie 2, la RAM…et ça vaut son pesant de cacahuètes. Commençons par attendre 5 minutes au téléphone sur une petite musique agaçante :

Moi : Bonjour, je vous appelle pour vous demander un carnet de naissance.

Conseillère : Bien sûr, pouvez-vous me confirmer votre adresse?

Moi : 8 rue G.

Conseillère : Je vois que nous vous avons déjà envoyé votre carnet le 16 avril dernier. Nous l’avons envoyé au 5 rue G.

Moi : Bin voilà, c’est pas le 5, c’est le 8.

Conseillère : Et malgré que ce soit pas le bon numéro votre facteur ne vous délivre pas votre courrier?

Que voulez-vous répondre à ça…à part « Bin visiblement non ». Mais d’où tu sors cocotte ?! Quand on remplissait des QCM à l’école et qu’on cochait la mauvaise case, on n’avait pas le point, on n’allait pas pleurer auprès de la maîtresse en disant « S’il vous plaît madame, vous pouvez me compter bon ? Vous voyez bien, j’étais pas loin, à une case près… »

Sur ce, il est temps d’aller se consoler avec un bol de Chocapic !

Les joies de l’administration

Hier, ma sœur m’avait conseillée de renvoyer ma déclaration de grossesse au RSI. Sur le coup je ne me souvenais plus si je l’avais envoyée à celui de Paris ou de Reims, j’appelle et apprends que je dépends de Paris. Ok. Dans le doute je refais un courrier avec une photocopie du feuillet de déclaration rempli par ma gynéco et j’envoie dans la journée. Tout va bien. J’ai même terminé un super petit gilet en tricot en fin de soirée.

Je trouvais, il y a encore quelques instants, que ma journée d’aujourd’hui avait plutôt bien commencé : lever pépère à 10 heures, petit-déjeuner sur la terrasse au soleil, des fraises qui mûrissent bien tranquillement dans notre nouvelle serre, puis escalopes panées et pâtes au ketchup au déjeuner. Vis ma vie de cachalot.

Un petit tour chez Carrouf plus tard, j’ouvre ma boîte aux lettres et découvre…une lettre de l’Urssaf. Généralement c’est pas bon signe. J’ouvre et ohmondieucestquoicetruc ?! Trois relances « amiables » pour défaut de déclaration de recettes concernant les mois de janvier à mars, avec menaces de pénalités de 3 x 48€ si je ne déclare pas rapidement.

Épisode Urssaf 

J’appelle donc le 3957 (0.12€/min), je tape les deux premiers chiffres de mon code postal comme on me le demande (51) et on m’attribue une conseillère. Je lui parle des relances et lui dis que je ne peux pas faire mes déclarations car je ne peux pas me connecter à mon compte sur le site lautoentrepreneur.fr. Je lui donne mon numéro SIRET : elle ne me trouve pas. Je ne sais pas pourquoi, mais quand j’ai fait mon changement d’adresse en janvier, l’INSEE m’en avait attribué un nouveau (l’ancien n’était pas assez bien??). On essaie alors avec mon ancien numéro SIRET. Bingo, je suis dans la base ! Mais elle ne peut pas accéder à mon dossier car je dépends encore de Paris, l’Urssaf Paris n’a pas encore transféré mon dossier à l’Urssaf Champagne-Ardenne. Janvier, février, mars, avril, mai…oui oui, ça fait plus de 5 mois. Un peu comme ma grossesse, à une dizaine de jours près.

Je rappelle donc le même numéro en entrant 75 comme code postal. Nouvelle conseillère. Je ré-explique mon problème, le déménagement, les télédéclarations impossibles, toussa toussa.

Conseillère : « Comme votre dossier est en cours de transfert, vous ne pouvez pas accéder à votre compte en ligne. Ce qu’on va faire en attendant, c’est que je vais vous envoyer les formulaires de déclaration par courrier pour les mois de janvier à mars, vous en garderez un comme matrice, vous ferez des photocopies de cet exemplaire pour les prochaines déclarations et vous mettrez un coup de blanco sur le mois. Vous les recevrez dans les prochains jours. »

Moi : « Tant que je reçois plus de relances ça me va. Mais ça prend combien de temps habituellement les transferts? »

Elle : « En théorie deux mois »

…en effet, ils ont mis deux mois à traiter le dossier de mon doudou, mais pas le mien. Pourtant on a fait notre demande à quelques jours d’intervalle.

Elle commence à me lire son discours de fin de conversation « J’espère avoir bien répondu à votre question, vous pouvez nous joindre de 9 heures à… »

Moi : « Attendez mais vous n’avez pas ma nouvelle adresse ! »

Elle : « …effectivement, nous n’avons que votre adresse parisienne. Je vais prendre la nouvelle »

Bin oui, si vous n’avez pas encore traité mon dossier…et un re-routage de la poste, ça prend du temps.

Résultat des courses : un traitement de dossier à la Bismarck, une solution bancale et 23 minutes sur les deux appels. Sms Info Free : Votre encours d’appels émis et supérieur à 10€. Oh Yeah.

Épisode RAM

Ma sœur m’a aussi indiqué que j’avais dû recevoir un carnet de naissance de la RAM, afin de pouvoir toucher un peu de sous pour la naissance de Louloute. Sauf que je n’ai rien reçu. J’appelle, je tape 1 puis 1 puis 2 puis… « En raison d’un trop grand nombre d’appels, nous ne pouvons vous mettre en relation avec un conseiller ». Deux fois de suite. J’ai chaud, je transpire, j’ai faim, rien ne va plus messieurs dames !

Allez, dans 30 minutes, maman vient prendre le thé à la maison devant les reines du shopping. Tout va s’arranger !

Petit pull et snood

PullJaunePremière contribution de la future maminette, un pull à manches courtes, taille 6 mois, accompagné d’un petit snood (ça y ressemble mais non, ce n’est pas une chapka !).

Pour le pull, vous avez besoin de 3 pelotes qualité Partner 3,5 coloris Orge, d’une paire d’aiguilles n°3,5 et d’une aiguille à laine. Pour le snood, il vous faut 1 pelote qualité Phil douce coloris Souris et une paire d’aiguilles n°4,5.

(suite…)

Veste petite fille

Pull_Fushia_01Après les catalogues, place aux livres. J’ai trouvé ce modèle de veste dans le livre Tricot facile pour bébé, 48 modèles à réaliser de la naissance à 1 an, aux éditions Marie Claire (12,95€).

Pour ce modèle, vous avez besoin de 4 pelotes qualité Phil Harmony coloris Framboise (coloris Vert de gris pour la version garçon), de 6 boutons, d’une paire d’aiguilles n°4,5 et d’une aiguille à laine. Le coloris Framboise n’étant pas disponible en 4,5 et j’ai dû me rabattre sur le coloris Bengale en 5, plus gai et lumineux que le Framboise.

Ce gilet se réalise au point mousse et au point damier. Pas de soucis pour les manches, le col et le dos, qui sont soit au point damier soit mousse/damier. Ça se complique pour les deux demi-devants, car une fois toute la partie basse montée au point mousse, il faut faire les emmanchures et enchaîner par le point damier. (suite…)