Louloute aura 8 mois le 11 mai et connait depuis un peu plus d’une semaine les angoisses du huitième mois. La pauvre chérie se met à pleurer dès qu’elle ne nous voit plus, on a beau lui parler sans arrêt, rien n’y fait, nous la retrouvons en l’espace de 15 secondes les yeux plein de larmes et le nez dégoulinant de morve. Le gros chagrin.

Les nuits ne sont guère mieux, car elle retrouve presque son sommeil de nouveau- né, à se réveiller deux fois par nuit. Elle se réveille, nous cherche mais ne nous voit pas, se lève, s’accroche aux barreaux de son lit et nous appelle à coups de « mamamamama ! » jusqu’à ce que son papa vienne la rassurer…

imageEt oui ma puce, maman et toi ne formez pas qu’une seule et même personne. Encore quelques semaines à tenir…

Heureusement qu’elle ne cesse de progresser de jour en jour : elle tient debout en s’agrippant aux barreaux de son parc, maîtrise de mieux en mieux son trotteur, découvre de nouvelles syllabes, embrasse/léchouille son reflet dans le miroir, fouille dans mes poches de manteau, se force à tousser pour attirer l’attention, pose sa tête sur notre épaule quand elle veut un câlin…

Et dire qu’il y a deux mois elle se retournait à peine ! Mon bébé devient une petite fille, toute souriante et encore très sociable, pourvu que ça dure 🙂

Petite séance de selfie-chatouilles sur le canapé hier…

image  image

 

1 comment on “Les angoisses du huitième mois”

Laisser un commentaire